Performance FIAC 2010 : Les invités du vernissage ont avalé 120 hors d’œuvres sur l’esplanade du Grand Palais

La publication de Hors d’œuvre, Essai sur les relations entre arts et cuisine, coïncidait avec l’ouverture de la Foire Internationale d’Art Contemporain.
.
D’où le lancement de l’Opération Hors-d’œuvre, le jour du vernissage de la FIAC.
.
Mercredi 20 octobre, à 19h 30, sur l’esplanade du Grand Palais, une marée de toques est allée à la rencontre des visiteurs, pour distribuer des plateaux de Hors d’œuvres, et des hors d’œuvres sans doute plus digestes, gougères et chouquettes mélangées pour mieux interpeler les papilles des participants.
.
L’opération a été accueillie avec amusement, étonnement, et / ou gourmandise.
Les invités du vernissage ont avalé 120 hors d’œuvres sur l’esplanade du Grand Palais.
.

.

Merci à tous les participants

(Vidéo en préparation)

Un ExpérimenTable sur France Culture

Mercredi 30 juin sur France Culture, dans Les Passagers de la nuit : diffusion d’un ExpérimenTable un peu particulier, puisque réalisé dans le cadre d’un atelier de création radiophonique, Acid Cheese Corporation, par Amandine Casadamont et Angélique Tibau.

.

.

// Acid Cheese corporation : un créateur, un angle, une recette – La tribune de la cuisine contestataire //

Proposer à une personnalité (chefs, plasticiens, performers, critiques, historiens, designers, auteurs…) d’inventer une recette engagée, décalée, contestataire, permettant un questionnement sur nos pratiques de tables mais aussi sur la société en général. Comment la cuisine peut-elle être politique ? Nous leur proposons une tribune ouverte, permettant ainsi de soulever des problématiques par l’invention d’une recette de cuisine. (comestible ou pas)…

 

.30.06.2010

Caroline Champion nous propose ce soir une recette-performance qui s’inscrit dans le protocole de la série ‘ExpérimenTable‘, destinée à ouvrir un espace de parole au cœur de la ville, à partir d’un élément culturellement fort : la table.

Ici, la table devient établi, dressé dans un lieu institutionnel de l’art où, traditionnellement, la cuisine n’a pas sa place. Matière éphémère, corporéité, besoin, comment la cuisine pourrait-elle en effet aspirer à faire œuvre d’art ?

Pourtant, aujourd’hui, le syntagme « art culinaire » envahit les discours, les cuisiniers laissent de côté l’artisanat et aspirent à rejoindre le panthéon des artistes. Au même moment, performeurs, plasticiens et designers s’emparent de la matière alimentaire … Alors, doit-on considérer que la cuisine est fondamentalement hors d’œuvre ?

– Vanité au céleri rave, version art brut : Une recette à déguster avec des pinceaux !

.

Podcast de l’émission

.En savoir + sur cet ExpérimenTable
.

La collection des ACC est à l’écoute ici:

– Marc Brétillot, Designer culinaire : « Tête Têtes, dîner de têtes »

Philippe Mayaux, Plasticien : « Savoureux de toi »

– Marie Chemorin, Auteur culinaire : « Pour exorciser nos peurs, mangeons-les ! »

– Sabine Pigalle, Plasticienne : “Omelette de belligérance et Tisane à la mélancolie”

Caroline Champion, Exploratrice de saveurs : « Vanité au céleri rave, version art brut ».

– Maya Benkelaya, Plasticienne, La « Recette soustraite »

– Mimi Oka et Doug Fitch, artistes de subsistance, « Orphyc memory sausage »

– Andréa Weiner, Nathalie Redard et Laeticia Bertrand, Librairie La Cocotte, « La salle à manger mobile »

Bettina Hubby, artiste, « Acid Cheese corporation made in california –  Mise en spoon »

Hors d’œuvre, Essai sur les relations entre arts et cuisine (synospis)

.

A  paraître le 21 octobre 2010, à l’occasion de la FIAC [1], aux Editions Menu Fretin.

« Arts Culinaires » ?
Hors d’œuvre :
Essai sur les relations entre arts et cuisine

.

Matière éphémère, corporéité, besoin, la cuisine nous rappelle quotidiennement que nous sommes mortels. Quant l’oeuvre d’art est traditionnellement située du côté de l’Esprit, du Beau, de l’Universel, de l’Eternel et de l’Inutile (autant de termes à majuscules), la cuisine renvoie au corps, à la sensation passagère. « Art » du goût, de la mastication et de la digestion, elle semble d’emblée exclue du système des Beaux-Arts. Dans sa périssable fugacité, comment pourrait-elle en effet espérer faire œuvre d’Art ?

Le syntagme « Art culinaire » n’envahit pas moins les discours actuels, tandis que les cuisiniers laissent de côté l’artisanat pour aspirer à rejoindre le panthéon des Artistes. Au même moment, performeurs, plasticiens et designers s’emparent de la matière alimentaire. Récemment, des foires d’art contemporain comme Slick [2] ont même décidé d’ouvrir leurs portes à « l’Art culinaire », tandis  que certaines galeries s’y consacrent exclusivement [3].

Alors, doit-on toujours considérer que la cuisine est fondamentalement hors-d’œuvre ?

. Lire la suite

SCRAPS SCENOGRAPHY : NINE AND A HALF WEEKS’ FINISSAGE

.

Cette installation a été réalisée dans la galerie Elaine Lévy Project à Bruxelles, en janvier 2010, pour clore un projet développé par la galerie (Nine and a Half Weeks).

Il s’agissait d’interroger la notion de finissage, en l’inscrivant dans une réflexion plus vaste sur les restes (que reste-t-il de ces 9 semaines 1/2 ?).

En guise de préambule aux Neuf Semaines 1/2, un ExpérimenTable avait été réalisé juste avant le commencement du projet; reproduit sous forme de Nature Morte il en devient reste, trace, clôture. – Les 9 semaines sont là, en creux, à l’intérieur de cette boucle.


NINE AND A HALF WEEKS’ FINISSAGE :
SCRAPS SCENOGRAPHY

.

Step 1 : To come full circle

.

Still life installation : Scraps scenography

.

I met Elaine at Slick in october,

just before the begining of Nine and a Half Weeks.


I made a performance called « ExpérimenTable » with her,

while she was telling me about the future project.


Then, we realised that actually the performance was

something like Nine and a Half preamble…

.

.

Now, everything is done.

Nine and a half weeks after,

what remains from the performance is only

a table

and some dried vegetables we didn’t eat that day.

Scraps. Still life.



To performe Nine and a Half Weeks’ finissage : to come full circle.

.


Elaine Levy Project
Rue Fourmois 9 (first floor)
1050 Bruxelles
BELGIUM

.


Also see : Step 2 : Let’s suck paintbrushes !

.

.

Links : More about Nine and a Half Project

Installation à mettre en relation avec :

– la Scénographie des restes,

– la question des Natures Mortes / Vanités

– les performances « ExpérimenTable »

FIAC : ExpérimenTable au 104 : Memento Mori – dialogue avec le travail de Patrick Guns

.

Dimanche 25 octobre, 13h, Galerie Polaris / Elaine Lévy Project sur Slick.

.

..

Memento Mori

Un ExpérimenTable dédié à Elaine Lévy, et au travail de Patrick Guns.

.

.

Une mise en cène du repas?  – Expérimenter un certain rapport à l’éphémère, la vie, et la mort, à partir de la temporalité propre au repas, qui vient ici se superposer à celle de la performance.

.

Rappel : ExpérimenTable, définition et manifeste (ici)

.

Le choix du lieu : L’espace d’exposition de la Galerie Polaris au 104, consacré au travail de Patrick Guns intitulé My Last Meals. Soit une série de photos présentant les derniers repas des condamnés à mort, qu’il fait exécuter à chaque fois par des grands chefs – Ici, Guy Martin, Pierrick Guillou et Denis Martin.

Une oeuvre particulièrement troublante, toujours organisée en deux parties (à gauche, le menu, à droite, une photo en pied du chef présentant son plat…).

.

Patrick Guns, My last meals

.

Cet ExpérimenTable, intitulé Mémento Mori, était donc d’abord une réaction face à ce travail.  D’autant que l’exposition de ces oeuvres dans un espace comme le 104, consacré à l’art après l’avoir été à la mort (anciennes pompes funèbres…) ajoutait une dimension supplémentaire à ces photographies…

.

L’invitéeElaine Levy. A la tête de la galerie Elaine Levy Project, à Bruxelles, cette jeune galeriste est aujourd’hui l’une des principales spécialistes des oeuvres de Patrick Guns. Personnalité complexe, aussi gastronome que végétarienne (ce qui ne pouvait être anodin dans un pareil contexte), elle a su développer un travail à la fois ouvert, enthousiaste et pertinent sur l’art contemporain, tout en intégrant des supports tels que l’alimentation…

.

Le menu : Végétarien, et travaillant sur un certain décalage avec les oeuvres et le lieu. Des légumes présentés en nature morte-vivante, des éléments aussi symboliques que du pain et du vin, etc. Une soupe de courge servie dans une citrouille … Et un grille-pain, version ludique de la chaise électrique? Non, bien loin de donner dans l’imaginaire du dernier repas, ce déjeuner haut en couleurs se voulait au contraire résolument tourné vers la vie la plus éclatante.

.

Memento Mori !

.

Un dialogue, et une prise de position face au travail de Patrick Guns, si dérangeant par sa froideur et sa neutralité face à l’horreur de la réalité. Une réaction qu’il semble appeler, sans pour autant jamais intégrer le moindre jugement..


Rompre le pain tour à tour …

.

Et être là, dans un dialogue avec les oeuvres de la galerie …

… et avec ses spectateurs ! (ils regardent tour à tour les oeuvres et la performance.)

Merci à Pharoah Marsan pour ces photos.

.

Si vous avez assisté à cette performance, n’hésitez pas à réagir, raconter, ou laisser un commentaire sur le site, et surtout n’oubliez pas de m’envoyer vos photos (exploratricedesaveurs@gmail.com), afin que je puisse les publier ici. Votre participation à ce travail en est le complément essentiel !

.

Patrick Guns au SlickGalerie Polaris / Elaine Levy ProjectElaine Lévy ProjectGalerie Polaris

En savoir plus sur le travail de Patrick Guns, My Last Meals

Voir aussi sur le site de la Galerie Polaris et celui d’Elaine Levy Project.

.

Merci à  Jacky Mace pour ces photos !

.

En prolongement : Retour sur ExpérimenTable


FIAC : ExpérimenTable sur Slick Débat : le dessert, matière à dissert ?

.

Samedi 24 octobre, 14h , le programme des tables rondes du off de la FIAC annonçait  :

.

Slick

_________________________________________________________________

Le goût de l’art : Slick Dessert

Dans la grande querelle esthétique, quel goût a l’art contemporain ?
Qu’est ce qui est beau et bon ?
Est-ce que la cuisine peut être une performance artistique ?

Débat animé par Frédéric Adida, avec : Philippe Mayaux, Jean-Marie Hiblot, Marc Brétillot, Hélène Samuel, et Fabrice Lextrait..

en partenariat avec le CENTQUATRE et France Culture.

__________________________________________________________________.

…..

.Puisque l’entrée était libre, et les portes ouvertes à l’art culinaire …

… ‘ExpérimenTable’ s’est invité pour alimenter le débat !

ExpérimenTable sur Slick Dessert

.

Rappel : Manifeste des performances Expérimentable : ici

.

…..Samedi 24 octobre, au coeur de Slick Débat, cette performance avait pour titre :

Le dessert, matière à dissert ?

…..Un ExpérimenTable un peu particulier, puisque pour une fois le débat n’avait pas lieu à table mais juste à côté …

.

…..Le principe du lieu : créer un univers, un espace parallèle, avec sa temporalité propre, et le faire dialoguer (en silence) avec le débat de Slick Dessert. Dresser une table à côté d’une table ronde (sans table) sur l’art culinaire.

….Le choix de l’invité : Jouant sur la trame de l’aparté théâtral, il s’agissait avant tout de créer un espace de réflexion entre la scène et la salle. L’invité de cet ExpérimenTable a donc été choisi parmi le public de la conférence.

.....Et sur la table ? Le dessert! Sur une nappe aux couleurs de Slick (rompant avec la noirceur de l’espace conférence), du thé, un gâteau résolument artistique, des biscuits colorés, des fruits. Et, histoire d’interpeller le public sur ce débat sur le « goût de l’art’  … des pinceaux, de la confiture, et du pain. Ajoutez à cela un grille-pain permettant de jouer sur l’olfaction  du public, nous avions donc de quoi en faire des tartines… !

.

Slick : le dessert, matière à dissert?Slick : le dessert matière à dissert?Slick : le dessert matière à dissert?Slick le dessert, matière à dissert?..

A l’attention des spectateurs de la salle :

Si vous avez pris des photos de cette performance, n’hésitez pas à me les envoyer ici afin que je les publie sur ce site!


__________

.

. Merci encore à Sylvain, mon invité, et à ceux qui m’ont soutenue dans ce projet.

.

__________

..

Pour en savoir plus sur les participants du débat (extrait du programme de Slick) :


Philippe Mayaux Philippe Mayaux, artiste plasticien. Avec sa série « Savoureux de toi », il invente l’art anthropophage, la pâtisserie cannibale à mi-chemin entre Eros et Bacchus gourmand. Adepte du grotesque voire du mauvais goût, il estime que la chair est une matière réflexive idéale et une abstraction. Philippe Mayaux a obtenu le prix Marcel Duchamp, exposé au Centre George Pompidou et conçu des dîners-événements notamment avec le chef Pierre Gagnaire.

Jean Marie HiblotJean-Marie Hiblot, du Plaza Athénée, officie au sein de la brigade de 25 pâtissiers dirigée de main de maître par Christophe Michalak, l’un des chefs de file de la pâtisserie.

Marc Bretillot

Marc Brétillot, designer culinaire, enseigne à l’Ecole supérieure d’art et de design de Reims où il a créé l’atelier de recherche sur le design culinaire. Il intervient auprès de l’industrie agro-alimentaire et réalise également des performances.

Helene Samuel

Hélène Samuel, créatrice de restaurants et d’univers gourmands, elle est notamment à l’origine de delicabar et du Café Salle Pleyel avec ses chefs invités.

Fabrice Lextrait

Fabrice Lextrait, président des grandes Tables. Il est à l’initiative de l’ouverture de plusieurs restaurants dans des sites culturels: la Friche La Belle de Mai à Marseille, le Channel scène nationale de Calais, La Cité internationale de la Dentelle et de la Mode de Calais, La Condition Publique à Roubaix, Le théâtre national La Criée à Marseille et, en janvier 2010, le CENTQUATRE à Paris. Il est aussi à l’initiative des brigades d’Amateurs en donnant carte blanche aux passionnés de cuisine.

.

Voir aussi les autres ExpérimenTables (ici), notamment celui-ci toujours à l’occasion de la Fiac.

Lire aussi en prolongement sur ExpérimenTable, une première analyse a posteriori de la performance (ici)