Défilé Chanel au Grand Palais : Haute couture, haute cuisine, même combat? (suite)

En septembre 2010, Pierre Hermé choisissait de présenter sa « nouvelle collection Hiver » en conviant la presse à un « défilé de haute pâtisserie » (à voir ici).

Cette année, c’est Chanel qui installait la presse à table pour son défilé “Métiers d’Art Paris-Bombay”, pré-collection Printemps 2012 …

.

Jeux de miroirs

Mardi 6 décembre, d’immense tables étaient ainsi dressées sous les voûtes du Grand Palais, dans un décor fantasmé de l’Inde des mahârâjas.

Et sur ces tables, au milieu des lassī de mangue, coupes de champagne et pâtisseries orientales … des macarons !

Lire la suite

Haute couture, haute cuisine, même combat ?

Conférence publique à l’Institut Français de la Mode du 8 Novembre 2011.

Haute couture, haute cuisine, même combat ?

.

Cuisine et mode s’opposent a priori comme « patrimoine » s’oppose à « volatilité ». Pourtant, on observe depuis quelques années un rapprochement spectaculaire entre couture et cuisine. Le « chef » est en train de rejoindre le couturier au panthéon des stars. Le rapprochement entre couturier et cuisinier s’organise autour de notions empruntées à l’art et au marketing, avec l’appropriation par le monde de la cuisine du concept de « marque » associée à un nom de créateur, avec tous les produits dérivés qui l’accompagnent.

Exploration croisée de deux univers créatifs et de deux domaines d’activité économique qui se rapprochent sans toutefois se ressembler …

.

Écouter / Podcaster gratuitement la conférence :


> Première partie : Haute couture, haute cuisine même combat ?

> Deuxième partie : Haute couture, haute cuisine, même combat ? (suite)

> Troisième partie : Échange et débat avec la salle

.

Un résumé de la conférence est également disponible sur le site du

bureau de tendances NellyRodiLab

.

Et en prolongement de cette conférence :

Défilé Chanel au Grand Palais : Haute couture, haute cuisine, même combat? (suite)

.

.

Quel est le point commun entre un croissant et une paire de lunette de soleil ?

Un exemple inattendu des rapprochements entre mode et cuisine, entre haute couture et haute cuisine … aperçu en passant place des Victoires …

.

Lire la suite

Table Ronde : Art contemporain, mode et luxe

A l’occasion de la FIAC, une table ronde était organisée à l’Institut Français de la Mode (IFM), en partenariat avec Chic Art Fair. La cuisine n’est pas restée hors d’œuvre …

Photo : Le modalogue.fr

Participants :

– Elsa JANSSEN, responsable du pôle Art et Création aux Galeries Lafayette ;
– Émilie FAÏF, scénographe-plasticienne (Hermès, Isabel Marant, Pierre Frey…) ;
– Caroline CHAMPION, chercheur en philosophie esthétique, spécialiste des relations entre art, mode et haute-cuisine, auteur de Hors d’œuvre, essai sur les relations entre arts et cuisine ;
– Christophe RIOUX, professeur d’économie (Sorbonne, ISC), spécialiste des industries de la création, romancier ;
– Alexandra FAU, journaliste et critique pour différentes revues d’art contemporain (Archistorm, Mouvement, Art Absolument, Rhinocéros, l’Imprononçable…)
– Lorraine AUDRIC, professeur à la Parsons School, spécialiste de l’histoire de la photographie, commissaire d’exposition indépendante dans la conception de l’exposition « Bee natural! », actuellement à la Maison Guerlain (Parcours Privé de la FIAC).

Modérateur :

Stéphane CORREARD (commissaire du salon d’art contemporain de Montrouge).

Podcast disponible sur le site de l’IFM.

Photos et résumé de la table ronde dans le Modalogue.

 

Sur les relations entre Art et Cuisine : la Haute-Couture comme médiation

En complément de l’article publié en janvier dernier dans Mode de Recherche, consacré à la relation entre haute-couture et haute-cuisine « Tendance, mode et cuisine » :

Ci-dessous, le « défilé de haute pâtisserie » organisé par Pierre Hermé à l’occasion du lancement des « créations » de sa nouvelle collection Noël 2010.


Mardi 14 septembre, Le Lieu du Design, à Paris.

La presse est conviée à regarder passer les pâtisseries de Pierre Hermé, dans un dispositif où la contemplation du Beau aurait pu se présenter comme unique horizon, si les invités n’avaient été ensuite conviés à passer à la dégustation, soit à un acte où la vue se met au service de l’Appétissant, et où l’aliment retrouve ses spécificités gustatives.

.

Allant jusqu’au bout de la comparaison, Pierre Hermé apparaît à la fin du défilé, sous les applaudissements des journalistes – qui pourtant n’ont encore rien vu, ou plutôt, qui ont tout vu mais rien goûté.

.

Tout passe ici par la photographie, c’est-à-dire par l’image, sans doute apte à rendre compte de « l’événement », davantage que du goût de ces pâtisseries, dans toute la dimension temporelle de leurs nuances savoureuses.

.

Matière à penser : Mythologie du Créateur : après Dieu, l’Artiste (depuis le XVe siècle), le Couturier (XIXe-XXe siècles), et désormais, le Cuisinier / Pâtissier (XXe-XXIe).

.
Matière à penser : Implications du rapprochement entre haute-couture et haute-cuisine, entre le vêtement et l’aliment, l’exhibé et l’ingéré, c’est-à-dire le signe extérieur et celui qu’on incorpore.

A suivre