L’Ananas de Dumas, trois cents ans après Léry (matière à penser)

.

Suite à la description de l’ananas par Jean de Léry (à lire ici) :

.

Famille Tupinamba à l’ananas (détail), in Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil.

.

L’Ananas de Dumas, trois cents ans plus tard :

« Fruit originaire du Pérou ; sa couleur en maturité tire sur le bleu, son odeur ressemble à celle de la framboise ; sa saveur est douce, le sur approche le goût de vin de Malvoisie.

Pour manger l’ananas, on le coupe par tranches, on lui fait perdre son âcreté, en le trempant dans l’eau, et on le met dans le vin en y ajoutant du sucre.

Dans l’Inde, on fait du suc d’ananas mêlé avec l’eau une boisson rafraîchissante préférable à la limonade.

Au Brésil, on récolte une immense quantité d’ananas sauvages. Ils sont gros, juteux, aromatiques, on en tire de l’eau de vie, qui ressemble au meskal. L’ananas sauvage atteint soixante centimètres de hauteur, ses feuilles sont creuses et renferment une eau claire souveraine pour étancher la soif ; quoique exposé aux rayons du soleil, cette eau reste toujours fraîche. « 

Alexandre Dumas, Le Grand Dictionnaire de cuisine, A. Lemerre, 1873.

Nouvelle réédition, illustrée et commentée : Le Dico Dumas,  Menu Fretin, 2008.

.

______________________________

.

…… Le texte de Dumas est assez loin des problématiques de Jean de Léry, ce voyageur calviniste qui fût parmi des premier à parler de l’ananas à son retour du Brésil… D’ailleurs, il ne semble pas que Dumas ait eu connaissance du texte de Léry.

…… Le savoir de Dumas, basé sur des connaissances plus livresques, est davantage tourné du côté de la recette, pour son Grand Dictionnaire de cuisine. On retrouve cependant un même souci de précision dans la description de l’ananas, quant à son goût mais aussi quant à son odeur, son aspect, etc.

…… Qui passe évidemment par la multiplication des analogies.

…… Or, on en manquera pas d’être frappé par la similitude de comparaison entre l’ananas et la framboise.

…… On peut l’expliquer, entre autres, par la proximité de leur acidité sucrée, etc.

…… Et cependant, pour le lecteur contemporain, la comparaison n’est sans doute pas des plus évidentes !

…….

……..Matière à penser, donc.    – Et vous, comment décririez-vous l’ananas ?

.

A mettre en perspective avec l’article consacré à la mise en langage des saveurs

.

5 réflexions au sujet de « L’Ananas de Dumas, trois cents ans après Léry (matière à penser) »

  1. Ping : Comment peut-on parler d’un goût ? (matière à penser) « exploratrice de saveurs

  2. Ping : Bibliothèque des ouvrages à explorer « exploratrice de saveurs

  3. Ping : Comment parler d’un goût ? – Une réponse du langage poétique « exploratrice de saveurs / ®

  4. Ping : Comment fixer un goût ? – Le rôle du langage poétique « exploratrice de saveurs / ®

  5. Ping : Comment montrer un goût ? Une proposition de la photographie culinaire « exploratrice de saveurs / ®

Commentaires, réactions, discussions ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s